Bonus Poker Bonus Paris en ligne Bonus Turf

Archive pour le mot-clef ‘hockey sur glace’

2016 commence par un trimestre record pour les paris sportifs en ligne

lundi 16 mai 2016

2016 commence par un trimestre record pour les paris sportifs en ligne

Toujours aussi dynamique, le marché des paris sportifs en ligne débute l’année avec le vent en poupe et une série de records. De bon augure avant même que ne débute le championnat européen de football et les Jeux Olympiques d’été à Rio.

Ainsi le premier trimestre n’aura même pas eu besoin de l’un de ces événements sportifs majeurs pour afficher un nouveau record de 516 millions d’euros engagés par les parieurs français, soit 47% de plus que sur la même période l’an passé ce qui constitue une progression record depuis l’ouverture du marché. La bonne dynamique des paris sportifs se poursuit donc et même s’accentue plus que notablement.
A défaut d’une compétition en particulier pour l’expliquer, dans son rapport trimestriel l’ARJEL (l’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne) avance la forte progression du nombre de joueurs actifs (+34%) qui elle même résulte ou tout du moins en partie d’un taux retour aux joueurs en progression de 2,1 points et des bonus en très forte hausse avec 12,4 millions d’euros distribués à ce titre sur ce premier trimestre (+75%). De bonnes nouvelles pour les joueurs qui limite mécaniquement par ailleurs à +30% la progression du produit brut de jeux pour les sites de paris.

Passons maintenant au bilan des différentes disciplines sportives préférées des parieurs. Le Rugby et le Hockey sur glace sont en très forte hausses avec respectivement +71 et +102% d’euros engagés et représentent désormais chacun 4% des mises totales. Le chemin est toutefois encore long pour tenter de venir bouleverser le sacro-saint trio de tête constitué par le football (58%), le tennis (18%) et le basketball (13%).

Commençons par le football dont les mises ont flirté avec la barre des 300 millions lors de ce trimestre. Un chiffre plus que respectable comparé aux 205 millions du 1er trimestre 2015 mais ne représentant jamais « que » 45% de hausse soit un peu moins que les +47% de l’ensemble des paris sportifs. Par compétition ceux sont la Liga (le championnat espagnol qui a connu une fin de saison bien plus à suspens que prévu) et la Ligue Europa (qui a sans doute proposé le match de l’année avec un Liverpool – Dortmund haletant) qui ont fait les plus belles progressions avec respectivement +81% et +71%. La Ligue 2 en revanche n’enregistre qu’un petit +35% et avec 15,3 millions euros d’enjeu se fait talonner par la Ligue Europa (13,7M€) et la Bundesliga (10,3M€).
Le rapport de l’ARJEL nous permet également d’en apprendre plus encore sur la double confrontation entre Chelsea et le Paris Saint-Germain lors des 1/8e de finale de la Ligues des Champions ce qui est d’autant plus intéressant que l’on peut ainsi les comparer à la saison 2014-2015 où ces deux clubs s’étaient également affronter à ce stade de la compétition. Alors que l’an passé ce 1/8e de finale avait généré 1,4M€ à l’aller et 2M€ lors du retour à suspens chez les Blues, pour ce cru 2016 ce sont 2 millions dès l’aller et 2,3M€ au match retour. Avec des victoires à l’aller comme au retour pour les hommes de Laurent Blanc, les sites de paris en ligne sont sans surprise à découvert sur ces deux rencontres avec un produit brut des jeux déficitaire de repectivement 641 000€ et 396 000€.

Pour le tennis ce sont 91,6 millions d’euros pariés sur ce premier trimestre contre 62,6 millions l’an passé (+46%). On est là aussi à l’image du football dans une progression sensiblement similaire à celle de l’ensemble du secteur. Cependant on peut tout de même relever que le seul tournoi du Grand Chelem présent dans cette période, l’Open d’Australie, se contente d’un petit +27% avec 12,3M€ et si au finale la discipline s’en sort bien, elle le doit surtout au Masters 1000 de Indian Wells. Celui-ci en effet progresse de 148% avec 8,1M€ contre 3,3M€ en 2015. Une compétition où côté français on peut relever les présences de Gaël Monfils et Jo-Wilfried Tsonga en 1/4 de finale mais surtout en double la troisième victoire (la première en Masters 1000) de la paire Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert.

Pour le basketball la performance est meilleure encore avec une hausse de 57% avec 68,5M€ d’enjeu soit 13% du total des mises tous sports confondus. Déjà largement compétition de basket préférée des parieurs, la NBA n’aura fait qu’accentuer son avance avec 41,3 des 68,5M€ qui ont été généré par le seul championnat U.S. qui n’a certes pas encore délivré son verdict mais a en tout cas fait déjà tomber quelques records avec les Golden State Warriors de Stephen Curry.


Les Playoffs de NBA en haut de l’affiche

lundi 18 avril 2016

Les Playoffs de NBA en haut de l’affiche

La saison régulière de NBA est désormais terminée et celle-ci n’aura pas été comme les autres avec l’écrasante domination des Golden State Warriors et de son phénomène Stephen Curry qui ont fait tomber de nombreux records. Et non des moindres en plus avec surtout le record de succès sur une saison des Bulls de Jordan avec un bilan de 73 victoires pour seulement 9 défaites soit une de moins que les Bulls de 1995-96. Avec une série de 24 victoires consécutives pour débuter leur saison, le record de victoires consécutives à domicile (54) débuter sur la précédente saison ou encore l’explosion du record de panier à trois points dans la même saison (1077), les Warriors ont marqué les esprits mais aussi l’histoire et sont les grands favoris pour le titre après ce survol de la saison régulière.

Avec parmi ses ambassadeurs la superstar française des terrains de basket Tony Parker, Betclic bien sûr n’a pas manqué de marquer le coup et propose pour ces débuts de Playoffs une cagnotte de 10 000 euros.
Cela se jouera dans un classement où les points sont attribués en fonction des euros gagnés en pariant sur les différentes rencontres des Playoffs jusqu’au vendredi 29 avril. Les paris pris en compte sont ceux d’au moins 3€ et de cote supérieure ou égale à 1,3/1. Notez surtout bien que la participation nécessite une inscription préalable au challenge. Les 20 premiers du classement final seront récompensés avec des primes allant de 50 à 2500 euros.

Netbet lui propose un grand challenge allant du 16 avril au 2 juin et portant non seulement sur ces Playoffs de la NBA mais aussi ceux de la NHL (National Hockey League) ainsi que sur les saisons de Baseball et de football, la Major League Soccer.
Ce grand challenge se divise en quatre tours (le premier courant jusqu’au 1er mai), avec à chaque fois 10 joueurs récompensés par des prix allant de 20 à 1000 euros. Le classement est là est établi en fonction des gains nets.

Toujours pour ce 1er tour des Playoffs de NBA, le PMU vient de lancer son concours entre parieurs avec 15 000 euros en jeu. Les participants seront jugés en fonction de leurs paris gagnants dans un classement où les points sont attribués sur la base de 1 point par euro en pré-live et 2 points par euros pour les paris en direct. Les paris devant être de minimum 5€ et de cote d’au moins 1,3/1 pour être pris en compte. Les 15 000 euros en jeu seront repartis entre les 200 premiers sous la forme de paris gratuits allant de 50 à 1000 euros. Le PMU n’a pas oublié les amateurs de hockey sur glace avec le challenge « Ice Hockey » portant lui sur le premier tour des playoffs de la NHL. 2500 euros sont mis là en jeu.

Outre ces challenges entre parieurs sur les sports U.S., le site propose également ces traditionnelles offres de paris gratuits et pas uniquement sur le football mais aussi sur le tennis et le rugby avec les « Crazy Paris » jusqu’au 23 avril. Celle-ci permet de recevoir des paris gratuits de 5€ en effectuant un pari d’au moins 10€ soit sur le tennis (cote minimum de 1,4/1) soit sur le Rugby (cote minimum de 1,8/1). Il est possible de cumuler un pari gratuit par jour de promotion. A noter qu’en ce moment au tennis on prépare les Internationaux de France avec les tournois ATP de Barcelone et de Bucarest ainsi que les tournois WTA de Stuttgart et Istanbul.
Pour le football, les demi-finales de la Coupe de France seront mis à l’honneur avec les paris de la seconde chance. Jusqu’à 100 euros remboursés sur certains paris perdants sous forme de paris gratuits. Les paris concernés sont ceux sur le 1er/dernier buteur et sur le score exact. Les conditions pour la distribution de ces paris gratuits sont que au moins un but soit inscrit par Edinson Cavani dans le cas de la rencontre Lorient-PSG et pour la rencontre Sochaux – Olympique de Marseille au moins un but de Michy Batshuayi .

Mots-clefs : , , , , , , , , , , ,
Publié dans actu | Les commentaires sont fermés

La croissance s’accélère pour les paris sportifs

lundi 20 janvier 2014

La croissance s’accélère pour les paris sportifs

Si pour le poker et les course hippiques l’année 2013 aura été sous le signe de la morosité, la tendance est elle confirmée au beau fixe pour les paris sportifs en ligne de plus en plus plébiscités par les Français et qui se préparent à vivre une année 2014 importante avec la Coupe du Monde au Brésil où la présence des Bleus à de quoi laisser optimiste les différents acteurs du secteur.

Déjà dans le vert lors des trois premiers trimestres 2013, la croissance s’est nettement accélérée au quatrième avec des mises pour un total de 264 millions d’euros soit la bagatelle de 77 millions d’euros supplémentaires par rapport à la même période un an auparavant et portant sur l’ensemble de l’année la hausse des mises à 20% (848 M d’€).  Nombre de paris enregistrés (140 millions, +19%) et de comptes actifs (128 000, +14%) étant eux aussi en nette amélioration sur cette année 2013. Des performances appréciables qui devrait permettre une sérieuse embellie pour les différents opérateurs qui à côté de cela sont parvenus à maîtriser la hausse des bonus distribués à leurs joueurs.

Concernant l’activité des parieurs, ce quatrième trimestre aura vu en moyenne 154 000 joueurs par semaine se connecter et parier, 22% de mieux en un an où cette moyenne culminait à 126 000 comptes actifs. Si le deuxième trimestre 2013 avait été marquée par un pic lors des quarts de finale entre le Paris Saint-Germain et Barcelone, il semble qu’une nouvelle fois la Ligue des Champions a fait son effet, les deux pics enregistrés sur le trimestre ont eu lieu lors de la première semaine d’octobre (182 223 comptes actifs) et du 4 au 10 novembre (182 361 comptes actifs). Des périodes où figuraient deux journées de Ligue des Champions épaulées par des journées de Ligue 1 dont un affrontement toujours attendu entre l’OM et le PSG.

Par sport si le hockey sur glace a fait un bon prodigieux en multipliant par 77 le montant des mises entre le dernier trimestre 2012 et celui de 2013, celle-ci a une explication toute simple avec le mouvement de grève qui avait touché la NHL fin 2012.  Les grands gagnants restent bien les trois premiers piliers du pari sportif en France : le football, le tennis et le basketball.  Pour ce dernier plusieurs mois après la superbe épopée des Bleus de Tony Parker, la croissance perdure avec 22,2 millions parier sur la discipline, la NBA drainant toujours une grande majorité des paris (12,3 millions). Le tennis est lui aussi resté très solide avec une hausse de 25% fort respectable. Mention spéciale pour le tournoi de Paris Bercy qui a fait bien mieux que la moyenne du sport avec +36% soit 3,2 millions d’euros pour ce tournoi indoor remporté pour la deuxième fois par Novak Djokovic. Enfin pour le football la progression des mises est de 39% et si le phénomène PSG peut toujours être invoqué pour expliquer en partie la croissance de l’attrait des Français pour les paris sur la Ligue 1 (+25%) et la Ligue des Champions (+56%),  les performances réalisées par la Ligue 2 (+33%) et la League Europa (+21%) conforte eux aussi pleinement le bilan du football qui a représenté à lui seul 66% des mises sur ce trimestre (2 points de moins en raison de la forte hausse du hockey).
Au rang des déceptions car il en faut bien une, on peut noter que le Rugby à XV perd du terrain par rapport au trio de tête avec une hausse plus modeste des mises de 9% mais surtout que la compétition phare en France, le Top 14, est lui même à la peine et n’a généré que 2,3 millions d’euros de mise sur le trimestre soit 23% de moins que l’année précédente.